Quelques éléments présents dans l'air

Moisissures

Les moisissures sont des organismes omniprésents qui peuvent être retrouvés à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments. Ils font partie de l’environnement naturel et jouent un rôle important en décomposant la matière organique. Généralement, la quantité et le type de champignons retrouvés dans l’air à l’intérieur devraient être similaires ou plus bas que ceux trouvés dans l’air extérieur. Un plus grand nombre de spores retrouvées à l’intérieur pourraient indiquer qu’il y a croissance de moisissures.


Il est important de noter que les spores ne peuvent être éliminées de l’environnement intérieur. Il est donc normal de les retrouver dans l’air et dans la poussière de nos maisons. Cependant, il n’y aura pas de croissance, s’il n’y a pas d’humidité. L’humidité est le facteur le plus important qui influence la croissance de moisissures à l’intérieur. Contrôler l’humidité est donc la clé pour contrôler la croissance de la moisissure. Les moisissures n’ont pas besoin de beaucoup d’eau pour croître, seulement une petite condensation est suffisante.

Les moisissures produisent des toxines sous certaines conditions de croissances et plusieurs d’entres elles sont connues pour affecter la santé des gens. Il est cependant difficile d’établir un seuil de nombre de spores/m³ qui pourrait déclencher des symptômes chez un individu mais il est généralement accepté dans l’industrie que la croissance de champignons à l’intérieur est indésirable et inapproprié, nécessitant une action de décontamination ou autres actions appropriées afin de remédier à la situation. Si vous avez des symptômes persistants pouvant être causés par de la moisissure (sinusites chroniques, asthme, irritations des muqueuses, pneumonies, maux de tête, etc.) ou suspectez la présence de moisissure, faites appel à nos services et nous saurons regarder le problème dans son ensemble et déterminer la cause et les mesures à prendre pour y remédier.


Formaldéhyde

Le formaldéhyde est un gaz incolore que l’on retrouve communément dans l’air intérieur des résidences. Il peut être émis par les matériaux de construction et le mobilier, particulièrement ceux fabriqués à partir de produits en bois aggloméré contenant des adhésifs à base d’urée formaldéhyde. On peut aussi en retrouver dans plusieurs produits de consommation (papier, cosmétiques, détergents, résines, tapis, agent de conservation, MIUF, etc.). Il est également un sous-produit de la combustion et peut s’infiltrer dans l’air intérieur à partir de sources comme la fumée de tabac, les gaz d’échappement, les foyers et les poêles à bois, ainsi que les appareils à gaz ou à mazout dont le système d’évacuation est défectueux. On peut trouver du formaldéhyde dans l’air de la plupart, sinon de tous les foyers. Cependant, ses niveaux sont en général inférieurs à ceux recommandés par Santé Canada. Le niveau de formaldéhyde peut être inquiétant pour les personnes atteintes de problèmes respiratoires (comme les enfants asthmatiques) lorsqu’une nouvelle demeure vient d’être construite ou rénovée, car c’est généralement à ce moment que les niveaux de formaldéhyde sont les plus élevés.


Le formaldéhyde exogène est un irritant qui s’introduit dans le corps humain par ingestion, inhalation et par voie cutanée. Le formaldéhyde, étant très soluble dans l’eau, est facilement absorbé par les voies respiratoires supérieures et par le tractus gastro-intestinal. L’exposition à des concentrations élevées de formaldéhyde peut causer des sensations de brûlure aux yeux, au nez et à la gorge. L’exposition à long terme à des concentrations modérées de formaldéhyde (à des niveaux plus faibles que ceux qui causent des irritations) peut également être reliée à des problèmes respiratoires, surtout chez les enfants asthmatiques. Bien que le formaldéhyde soit une substance cancérogène reconnue, les probabilités de développer un cancer suite à une exposition au niveau de formaldéhyde que l’on retrouve dans les foyers au Canada sont pratiquement nulles.


La MIUF, injectée sous forme de mousse et qui sert à isoler les bâtiments, est interdite au Canada depuis décembre 1980 en vertu de la Loi sur les produits dangereux (LPD). La MIUF a été interdite en raison des concentrations élevées de formaldéhyde libérées pendant son installation, ainsi que des émanations continues de gaz en cas de mauvaise installation. La quantité de formaldéhyde libérée par la MIUF était très élevée lors de l’installation et diminuait avec le temps. Par conséquent, la MIUF installée avant 1980 a peu de répercussions sur les concentrations de formaldéhyde dans l’air intérieur aujourd’hui. Par contre, la MIUF qui entre en contact avec de l’eau ou de l’humidité pourrait se dégrader et libérer plus de formaldéhyde. La MIUF humide ou en voie de détérioration doit être enlevée par un spécialiste et la source du problème d’humidité éliminée.


Composés Organiques Volatils (COV)

Les Composés Organiques Volatils (COV) sont des substances formées d’au moins un atome de carbone et un d’hydrogène. Retrouvés à l’état gazeux dans l’atmosphère, plusieurs de ces composés participent aux réactions photochimiques responsables de la formation de l’ozone troposphérique, alors que d’autres, tels que le benzène et le formaldéhyde, sont considérés comme toxiques et peuvent avoir un impact sur la santé de la population.

Les COV affectent la qualité de l’air à l’intérieur des maisons. Ces polluants se retrouvent notamment dans les matériaux de construction, de décoration, produits ménagers tels que les récurrents, les cosmétiques, les parfums d’ambiances et autres produits odorants. Les COV se libèrent lentement et c’est dans la maison qu’ils se concentrent le plus étant donné qu’ils restent emprisonnés . L’air intérieur d’une maison peut être jusqu’à huit fois plus pollué que l’air extérieur. À titre d’exemple, une armoire de cuisine peut générer des émanations d’urée de formaldéhyde pour une durée allant de 5 à 7 ans!


En fortes concentrations, les COV peuvent causer différents symptômes comme des maux de tête, des nausées, des vomissements, des étourdissements, de la fatigue, de l’irritabilité, un sentiment de sécheresse, de l’asthme et des cancers dans les cas extrêmes, etc. Parfois, certaines personnes peuvent même avoir des intolérances ou des allergies à certains d’entre eux les rendant sensibles même à de faibles teneurs de contaminants chimiques dans l’air.


Radon

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle qui provient de la désintégration de l’uranium présent dans le sol, les roches et l’eau. C’est un gaz inodore, incolore et sans goût, donc impossible à détecter par les sens. Par contre, on peut facilement le déceler grâce aux appareils de mesure du radon.


On retrouve le radon partout à la surface du globe. Nous sommes donc quotidiennement exposés à celui-ci de manière non uniforme. Lorsque le radon présent dans le sol est libéré dans l’atmosphère, il se mélange à l’air frais, produisant ainsi des concentrations trop faibles pour être préoccupantes. Lorsque le radon s’infiltre dans un espace clos telle une maison, il peut s’accumuler à des concentrations élevées et représenter alors une préoccupation pour la santé.


Le radon peut s’infiltrer n’importe où dès qu’il y a une ouverture entre le sol et la maison. Il peut donc s’infiltrer par les fissures dans les murs de fondation et les dalles de plancher, les joints de construction, les ouvertures autour des branchements et des poteaux de soutien, les puits de fenêtre, les siphons de sol, les puisards et les cavités dans les murs. Bien que généralement moins préoccupant, le dégazage de radon dissous dans l’eau constitue une autre source potentielle de radon dans les maisons possédant des puits d’eau souterraine provenant de l’eau et des matériaux de construction.


Le seul risque connu pour la santé associé à l’exposition de longue durée au radon est un risque accru de développer un cancer du poumon. Le niveau de risque dépend de la concentration de radon et la durée de l’exposition. Aussi, les risque de développer un cancer des poumons augmentent si la personne exposée fume.




11 vues0 commentaire